Bonjour n° IP 54.162.19.123 venant de loin sur abonnement par NAVIG CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)
ICI Internet Collectuel ICI copie libre non marchande / Auteur Anonymisé C.NET C.PAS.NET COLLECTUEL NetPourTous Perso







La peur freine la Web'Génération
LA PARANO DU DÉBUTANT

jeudi 23 août 2001, par EgoFree (Walk copID)


DANS LA MEME RUBRIQUE :
Ce qu'ils savent sur vous
Blogue imposé sur le papier
Interaction Collectuelle
LES SYMPTÔMES D'INTERNET (1).
Monde de Merde : 300 internautes à la mer !
15 septembre 2000 : UZINE 2, OUVERTURE DU NOUVEAU SITE DU MINIREZO
J'veux pas vous voir !

THEMES ABORDES :

|| debutant surfeur ||
Webmonsters avec nous !


Parlez-moi d'nous, ya que çà ...

L'un des buts de WebGenerAction - webzine de l'interaction collective et de la génération automatique - est de promouvoir l'expression collective, de favoriser l'apparition sur le web d'un reflet plus objectif de ce que nous pensons collectivement, statistiquement. Un internet plus représentatif de nos réalités, de nos volontés.

 

Qui est Nous ?


Nous parlons de nous dans les forums et sur nos sites mais personne ne peut véritablement décrire un NOUS collectif. Nous connaissons très mal NOUS.

Ce que nous savons de nos idées collectives passe par la subjectivité de statisticiens, de journalistes ou de politiciens (La "pensée unique" ne serait-elle pas celle du médiateur collectif que forme une intelligentsia tendance dominos ?).

Grâce au web un programme informatique pourra sans-doute décrire un citoyen collectif et matérialiser plus objectivement sa pensée de cyber porte-parole.

 

Peur en ce miroir


Les puissances logicielles disponibles sur le web sont très occupées à traquer le consommateur. Nos marketeurs veulent savoir ce qu'on pense. Mais l'aspect sociologique ne les intéresse que s'il cible des porte-monnaie.

Un robot-journalisme se développe cependant. Les outils logiciels sont de plus en plus accessibles, principalement les bases de données qui permettent à des sites internet personnels de fusionner automatiquement nos expressions individuelles.

L'accès de tous aux outils est une première condition pour que le web nous ressemble vraiment, pour que l'on puisse se regarder dans le miroir internet. A quand par exemple un moteur affichant à l'entrée de chaque site un hit-parade en temps réel des mots du site, qui serait fort révélateur de ce qu'on va y trouver.

En deuxième condition nous devons nous exprimer suffisamment et sincèrement. Or les internautes semblent peu interactifs. En témoigne la multitude de mini-sondages auxquels personne ne répond et les nombreux forums dont le dernier message remonte à plusieurs années !

Désintérêt ? Possible. Mais n'y aurait-il pas une autre raison essentielle ? Lolo du Générateur de Biographies signale dans un article que beaucoup de visiteurs posent des questions du type : "Que pouvez-vous savoir sur moi ?" trahissant une certaine inquiétude.

La peur serait-elle un obstacle majeur à la participation interactive des internautes ? Le web rendrait-il parano ? Creusons le sujet.

 

Chercher la peur dans les moteurs


Les mots les plus demandés par les internautes aux moteurs de recherche étaient encore tout récemment des marchandises convoitées et cachées. Les webmasters captent en effet des visiteurs via les moteurs en bourrant les "metatags" de leur site de ces mots magiques.

Ceci semble fini et heureusement car ces mots renseignent aussi sur les préoccupations en tous genres des internautes.

On en trouve dans le top 10 d'abondance.com et les moteurs eux-même se mettent à valoriser le filon en présentant des classements à l'allure de plus en plus sociologique comme le Top 10 Google ou mieux le Lycos 50 dont voici un extrait :

"Quels sports les internautes ont-ils l'intention de pratiquer cet été ? Pour le savoir, cliquez ici... "

Lycos 50 Féminin :

-  1. Femmes
-  2. Maison
-  3. Amour
-  4. Horoscope
-  5. Enfants

Le chemin de vie internautique féminin serait pavé de prédictions astrologiques ?

Voir aussi dans lewebmaster.net les mots de Alta Vista et Yahoo

Alors peut on trouver un signe de peur dans ces mots-clés ?

Laissons de côté les intérêts liés à l'actualité ainsi que le sexe. Les mots les plus demandés sont utilitaires : jeux, musique, image, gratuit, météo, location, emploi, annuaire, immobilier, beaucoup d'activités solitaires. Beaucoup de mots qui disent que le web est encore très tourné vers sa propre construction.

Très bonne place pour chat. Les internautes chattent, le message fréquent ATTENTION FENETRE D'APPLET ne doit pourtant pas les rassurer. Ils privilégient peut-être les chats avec robots et modérateurs rassurants. Qui n'y a pas craint d'être éjecté ou kické ? Car certains ont ce pouvoir de vous licencier voire pire si vos idées ne leur plaisent pas. Avez-vous remarqué le nombre de chatteurs qui se taisent ?

Eh bien oui ! Les mots-clés des moteurs trahissent des générateurs de peur puissants sur internet : bigbrother est très bien placé et les noms de virus viennent très souvent en première position des obsessions internautiques.

 

La peur des techniciens


Pour un nouvel arrivant sur internet, impossible d'échapper aux mises en garde contre les virus. La maladie numérique est une préoccupation majeure des surfeurs. Une vague I LOVE YOU et on est virtuellement mort. Tout ce que j'ai chargé dans mon ordinateur sera définitivement rayé de la surface de mon disque. Tout interlocuteur mécontent est potentiellement un expéditeur de virus mortel.

Impossible d'échapper aux vers, worms et autres spyes 007 indiscrets. Les cookies gourmands veulent tout dire de vous.

Mon mot de passe sera t'il subtilisé dans un simple formulaire par une relation virtuelle mal intentionnée ?

Allez échapper à la parano !

De quoi vouloir changer d'état-civil tous les jours, ou s'abonner à un pseudo auto-modifiable quitte à y perdre toute identité virtuelle.

De quoi parler une langue de bois.

Il y a fort à parier que ceux qui s'expriment et acceptent le risque de se faire des cyber-ennemis sont des pros bien armés pour résister aux attaques en ligne.

Personne ne sait a-priori si l'autre au bout du câble est technicien ou pas. De quoi avoir peur de tout le monde.

 

La peur des autres


L'anonymat tranquillise et inquiète.

Je suis à l'abri derrière mon pseudo. Je peux parler sans qu'on me colle un nom de métier sur le front, une étiquette sociale. Je peux me laisser aller à divaguer sur des questions sérieuses, je me sens plus libre.

Mais ils connaissent mon adresse IP, mon Internet Protocole. Il est indiqué ainsi que le nom que j'ai donné à mon ordi dans le source avec chaque email que j'envoie depuis le PC. Je suis sûr que n'importe qui peut remonter à mon identité par mon fournisseur d'accès qui voit passer tout ce que j'envoie et que je reçois.

Et avec toutes les infos persos que j'ai donné à gauche à droite pour télécharger mes programmes... Qui va avoir mon numéro de téléphone avec çà ? Même mon ordi me trahit avec ses fichiers espions d'origine pourtant contrôlée, accessibles par on ne sait qui.

Quelqu'un va t'il me jouer une comédie et me guetter à la sortie de chez moi pour me harceler voire pire. Mon voisin va t'il lire ce que j'ai écrit en forum et remonter à la source ? L'abruti du chat ne serait-il pas mon collègue de bureau, ou le directeur informatique de la boîte ? Et si mon patron devinait ce que je suis en train de faire, viré !

L'autre se cache derrière un pseudo, il n'est peut-être pas recommandable, ou il est capable de mal se comporter puisque "pas vu pas pris". Il peut me faire sauter mon IP !

L'autre va aussi me ridiculiser avec mon audience, j'ai peur de sombrer dans l'obsession des statistiques de mon site. J'en ai marre de les regarder tous les jours mais c'est une drogue. C'est décidé je vais faire comme les autres en disant à internetseer de vérifier le temps de connexion à mon site toutes les heures, non plus rusé je vais faire vérifier par mindit les changements sur mon forum, çà sera plus discret.

On finirait par nous faire penser n'importe quoi et douter de tout avec toute cette technique.

 

La peur de la technique


De quoi est fait le quotidien des internautes ? De beaucoup trop de technique. Pour qu'ils s'expriment encore faudrait-il que la technique le lui permette tranquillement et simplement.

Pour arrêter cliquez sur Démarrer... Vous n'avez pas fait ci, Fatal error çà commence mal avec la fatalité et l'incohérence à tous les coins de souris. Planté Constamment pour non compatibilité des programmes.

La simplicité est d'un autre monde avec le html, langage passeport presque indispensable pour personnaliser son site. Tous webmasters qu'ils disaient... Il y a fort à parier que le gros des bataillons surfant est encore constitué d'informaticiens et de techniciens. Et les 24% de nouveaux supposés démocratiser la toile seront très probablement longtemps des poor lonesome cow-boys tapis dans l'ombre.

Non il faut vraiment en avoir envie ... C'est encore un métier.

 

La peur de la loi


La loi s'applique à moi mais pas aux autres ? J'ai peur de tomber sur une croix gammée et d'être harcelé d'emails nazis, d'être choqué par ces images pédophiles et zoophiles.

Vais-je avoir des problèmes avec ces images de mon site que j'ai copié au hasard ? Un gamin serait en prison pour avoir fait du MP3 avec un pseudo. Je n'ai pas le droit d'enregistrer librement un fichier de noms, même de mes propres amis.

Si je raconte une histoire sur quelqu'un vais-je être attaqué en diffamation ?

Et cette licence de trois kilomètres de conditions d'utilisation que je suis supposé accepter. Qu'est-ce que j'accepte en fait ? Le pire c'est qu'elle est en anglais !

 

La peur du chinois


Le web comme son nom l'indique est d'abord fait pour les anglophones. L'anglais supposé jouer le passe-partout fait office ici d'épouvantail. Impossible de faire quoi que ce soit d'intéressant sans downloader, impossible de downloader en toute sécurité sans lire l'anglais.

Un nombre incroyable de surfeurs français adoptent quotidiennement un langage franglais. Beaucoup montent carrément leur site uniquement en anglais. La fenêtre est bien ouverte sur le monde ... Américain pour l'instant.

En France celui qui ne devine pas qu'il lui faut un login et que lol signifie qu'on rigole, baissera vite les bras avant que la tempête ne lui explose le cerveau.

 

L'enjeu du brainstorming général


Difficile d'être internaute, difficile d'être sincère avec toutes ces peurs. Tout internaute semble être un parano qui n'a pas encore craqué, un mutant acclimaté au deuxième monde.

Certaines de ces peurs sont identiques à celles qui brident l'expression dans la vie réelle. Mais l'enjeu est différent.

Contrairement à la matérialité, la virtualité permet à chacun de parler en public, d'ajouter concrètement et durablement des idées plus sincères dans le brainstorming général. Des échanges impossibles en réel sont à notre portée en virtuel.

N'y a t'il donc pas un intérêt nouveau à laisser s'exprimer, au moins collectivement nos vraies pensées ?

Alors comment agir pour favoriser l'expression interactive ?

Faut-il mettre un proxy (brouillage d'IP) et un firewall (gilet pare-balle) autour de chacun de nous ? Faut-il mettre un cookie-citoyen-mouchard à accès réservé derrière chaque internaute pour avoir la preuve qu'il a nuit à quelqu'un ? Ou au contraire un détecteur de mouchard ? Trop compliqué pour y discerner des pistes. L'affaire est entre les mains des techniciens, citoyens ou pas.

Côté outils çà avance. Les systèmes de création en ligne rapide et simple de sites se multiplient. Les didacticiels sont moins rebutant ou deviennent aide en ligne interactive, y compris pour configurer sa base de données (ifrance). On apprend de plus en plus l'homme à la machine, ce qui lui permet de se consacrer à ce qui l'intéresse. Un premier système interactif de publication, en français et simple, vient de voir le jour : SPIP permet à chacun ou presque de lancer son webzine en 15 minutes et devenir supporter d'une interaction collective intéressante (les forums ne s'y prêtent pas).

Côté mental, ces peurs devraient être maîtrisées.

 

Maitriser les peurs


Tout d'abord un texte à message concernant les hébergeurs.

Les hébergeurs gratuits (et rémunérés par ailleurs) de sites personnels vous réclament à l'entrée votre identité et parfois vos goûts personnels. Les nouveaux internautes vont sagement dire toute la vérité rien que la vérité, plutôt que de considérer que rien ne les oblige à donner des infos privées exactes. Après tout si c'est gratuit il ne faut pas être trop regardant sur sa vie privée.

On peut se demander si cette disposition n'est pas abusive au moins moralement. Car l'adresse IP du créateur est automatiquement et systématiquement enregistrée avec l'heure d'enregistrement. Ce qui permet à l'hébergeur de remonter à l'auteur en cas de problème. Ceci n'est d'ailleurs pas très utile car un simple email fait probablement cesser un trouble dans la plupart des cas puisqu'ils peuvent supprimer le site à la seconde.

Supprimez donc cet effrayant questionnaire, outil marketing probablement médiocre.

En conclusion, un yakafaucon qu'il ne tient qu'à vous d'enrichir.

-  On devrait faire moins d'alarmisme racoleur et plus d'information sur les sanctions pour atteinte à la vie privée.

-  Est-ce que pour nos corps on parle tous les jours des virus hors épidémie ? Alors arrêtons de fantasmer en permanence pour un hypothétique reformatage de disque dur.

-  La technique et les techniciens font peur. Faisons donc de plus en plus simple, et parlons simple.

-  Supprimons les affichages de statistiques de visite puisqu'ils sont totalement décrédibilisés. Le meilleur témoin de l'activité d'un site est le résultat visible de l'interactivité qu'il peut susciter, en commençant par un simple livre d'or.

-  Qu'on ne se soucie pas du copyright pour un petit site perso qui ne fait d'ombre à personne, ou un gros site sans but lucratif. Et qu'on le dise haut et fort.

-  Les logiciels de base et les procédures basiques doivent être en français. Arrêtons de frimer avec un franglais colonial.

Réduisons donc ces peurs. Un certain nombre d'inquiétudes sont parfaitement justifiées d'un point de vue politique et politico-économique. Mais tout ce qui entretient une parano excessive freine la démocratisation du web, et pour ce qui nous intéresse ici gêne l'interaction entre cybernautes.

PS :

Pour bien interagir il faut du monde. Moins de peur c'est indispensable. Mais si on arrêterait aussi de grossir les pages web et de sophistiquer dans tous les sens ? Car j'ai bien peur que l'internet ne soit pas du tout fait pour les internautes. La vitesse standard (modem 56K) est déjà la meilleure des dissuasions. Si le web grandit c'est certainement plus parce qu'on fait "comme tout le monde" que pour ce qu'on en fait. En tout cas pour l'instant.

Trop complexe ...

Article publié le 23 août 2001 sur WebGenerAction et repris sur ICI.ICI le 8 décembre 2001




EgoFree (Walk copID)











ICI.ICI | PLAN DU SITE | REDAC  
WebZines Participatifs Pour tous ICI.ICI est hébergé gratuitement sur Free Les Unes des Zines Libres | WIKI | WI | THEME | INFO | CHARTE | CopID | MANIF | PETITION | LOGO | Accueil Messages et Popularites Tout le site par rubriques    Redaction et Admin (mot de passe)
Des Infos sur vous ? * RECHERCHE d'une adresse IP ou d'un Webmaster * [ Recopiez les textes CopID ] Au  vendredi 9 mars 2007 :  69 articles 22 brèves 88 messages